SaADe

SaADe

juillet

vu que tu es absent tu trouveras ce mail un peu plus tard. pas grave cela me laisse un peu de temps pour penser à toi et imaginer de nouvelles approches dans la quête qui nous est commune. j'aime partager avec toi ces digressions qui selon les aléas des courants et des alisés nous poussent vers de nouveaux rivages où sans cesse éblouis, subjugués par tant de possibilités, de sensations nouvelles, d'intensités chaque fois surpassées nous nous échouons repus, vidés, emplis de nos péregrinations extatiques.

ps: TTTGB m'a fait un bien fou. cet après midi, seul, j'ai pu me baigner nu dans notre piscine. un régal. cette sensation de liberté s'est vue jumelée par un sentiment soudain d'euphorie, de contentement. mes lèvres se mirent à offrir à cet instant de pur bonheur un sourire de béatitude, de joie volubile à la seule pensée du rivage atteint cet après midi. et c'est vers toi, oh compagnon que les yeux plongés dans les cieux azuréens j'ai transporté ce bonheur dont je te suis redevable.
dans certains courants philosophique le cœur est le siege de l'âme et cela je veux bien le croire. dans d'autres courants les ames qui nous habitent sont liées car issues d'une origine commune et cela aussi je veux bien le croire car comment expliquer ce sentiment merveilleux qui peux unir deux êtres avec une telle intensité...fugace peut-être mais tellement présent, tellement fort où l'on en perd nos repères. seul existe alors cette union dans laquelle, pour ma part, je m'abime, je me perds, je me donne sans retenue aucune.
 
qu'Eole ravive chaque fois ces frissons dans les voiles qui poussent nos deux esquifs concourantes



11/12/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres